L’innovation participative et l’urbanisme

tumblr_npotiapFc51s60g1po1_1280

L’innovation participative est par définition la démarche par laquelle on permet à plusieurs personnes d’une même entité (entreprise, association, passion, etc) de partager et échanger des idées pour optimiser des dispositifs existants ou en créer de nouveaux sur une thématique précise. Globalement, l’innovation participative, c’est partager des idées ensemble et discuter pour développer de nouvelles idées, qui seront mieux si élaborées à plusieurs que par une seule personne.

Avec les supports numérique, les médias sociaux, le mobile, les opportunités pour échanger des idées sont infinies, bien évidemment, et c’est justement pour cela que l’innovation participe bénéficie d’un souffle nouveau à l’heure du numérique. Si ce type de démarche peut être appliquée à à peu près tous les secteurs d’activité, c’est intéressant de se pencher sur le cas de l’urbanisme.

1. Les citoyens n’ont jamais été totalement satisfaits de l’urbanisme

Toi, moi, vous, tout le monde. On a l’impression de ne pas maîtriser tout ce qu’il se passe dans sa ville et dans l’aménagement urbain. Trop compliqué d’aller voir à la mairie, de se mêler des affaires qui ne nous concernent pas. Du coup, vu qu’on ne peut pas mettre son grain de sel dans l’urbanisme de sa ville, et que chacun paye sa part, on est forcément insatisfait. La ville ne met en pas en place telle ou telle chose qui correspond à mon besoin ou mon désir, je ne suis pas satisfait. Première raison pour laquelle de nouvelles opportunités sont extrêmement attendues par chacun pour s’impliquer dans l’urbanisme.

2. L’innovation participative est accessible partout et par tout le monde

L’innovation participative, comme je vous le disais, c’est le fait qu’une entité s’ouvre volontairement à son audience pour discuter de projets. Dans l’urbanisme, ce sont souvent les gouvernements, les mairies, les grandes entreprises et/ou les collectivités qui proposent ce genre d’initiatives. Le grand avantage qui donne une force naturelle à ces démarches, c’est le fait que l’innovation participative se décline sur n’importe quel support, encore plus grâce au numérique. C’est accessible partout et par tout le monde. Deuxième raison donc, qui fait que cela révolutionne l’urbanisme, c’est l’accessibilité et le caractère universel de ce genre de démarche. On supprime toutes les barrières administratives et logistiques.

3. Il existe une réelle volonté de s’impliquer dans la gestion de l’urbanisme

Non, vous ne pensez pas ? Bon, moi, si. En tout cas si on parle de notre génération, s’il n’y a pas trop d’obstacles, on est tout à fait preneurs de ce type d’initiatives. Si on peut donner notre avis, participer à une réflexion commune, proposer des idées, discuter de projets, proposer des optimisations, échanger des points de vue pour améliorer l’urbanisme de notre ville, de notre entreprise ou d’un autre endroit, on prend. Et surtout, cette volonté est naturelle et bien fondée : personne n’est là pour avoir une récompense financière, on est là pour avoir une récompense réelle, un meilleur urbanisme. Oui, car parfois les collectivités n’ont pas forcément toutes les idées, un regard extérieur permet de s’ouvrir à d’autres points de vue, à d’autres technologies, à d’autres concepts. En tout cas, je reste persuadé qu’on a tous une réelle volonté de s’impliquer dans la gestion de l’urbanisme, si cette démarche est cohérente, positive et si elle se fait de façon moderne : en utilisant de nouveaux outils, en supprimant les obstacles, etc.

4. L’innovation participative a déjà fait ses preuves et continue de le faire

Évidemment, ce n’est pas un phénomène nouveau. Si j’en parle aujourd’hui c’est que je vois justement de plus en plus d’initiatives réussies et intéressantes. Si vous n’en avez pas encore entendu parler, voici quelques exemples récentes d’innovation participative dans le cadre de l’urbanisme.

  • Jaidemaville, la start-up de ‘démocratie participative’

En France, on peut citer la belle start-up créée par Julien Boyé, qui permet à toutes les personnes résidant dans une ville de participer à la bonne gestion de l’urbanisme. Pour signaler un besoin, une urgence, une idée à la mairie de sa ville, les citoyens se connectent à une app mobile et deviennent acteur de l’urbanisme. Ensuite, les personnes en charge s’occupent de solutionner le problème ou de donner suite à une proposition. Plus d’infos.

image

  • Smarter Cities, le programme créé par IBM

À l’international, on peut citer le programme très intéressant lancé par IBM intitulé Smarter Cities, qui propose un ensemble de solutions, d’ateliers et d’outils numériques pour révolutionner l’urbanisme, pour imaginer de nouveaux moyens de transport, pour penser une nouvelle façon d’aménager son quotidien, etc. L’avantage d’être propulsé par une grande entreprise, c’est que ce programme bénéficie d’une visibilité importante, d’une forte exposition médiatique et que les différents éléments de ce programme sont bien travaillés et promettent un bel avenir à la démarche. Plus d’infos.

 

5. C’est une évolution logique de la société et de la citoyenneté

Le but n’est pas d’énumérer toutes les démarches d’innovation participative qui existent actuellement en France et à l’étranger, je sais qu’il en existe de nombreuses autres tout aussi réussies. Tout ce que je souhaite souligner, c’est qu’on voit justement de plus en plus de petites start-ups ou de grandes entreprises à créer des apps, des plateformes et autres initiaitves sur le numérique qui offrent de nombreux moyens à n’importe qui de participer à l’urbanisme de sa ville, de sa région ou de son pays très facilement, et même de son smartphone. C’est de toute façon l’évolution logique de la société et de la citoyenneté. On s’adapte aux outils technologiques disponibles, on utilise les éléments que chacun utilise dans son quotidien (le mobile, le web, les communautés, etc) pour nous impliquer dans l’urbanisme, et changer un peu de mode de fonctionnement.

Et vous, vous avez déjà testé l’innovation participative dans l’urbanisme ?