Dompter la négativité pour réussir sa carrière

wall-street

Être positif, être négatif, c’est toute une attitude, c’est toute une personnalité. Certaines personnes sont fondamentalement joyeuses et amicales, d’autres sont par réflexe sur la défensive et privilégient les critiques aux compliments. Chacun dispose de sa propre expérience, de sa propre vision de la vie, de sa propre humeur.

Par contre, ce qui est intéressant à observer, c’est que ces attitudes positives ou négatives peuvent se contrôler. Surtout, elles influent sur nos comportements. Faut-il être excessivement positif pour réussir dans la vie ? Faut-il au contraire être négatif pour maximiser ses chances ? Le moment n’a jamais été aussi propice faire un point sur l’atittude juste à avoir.

1. Acceptez la négativité

Premier point, ne cherchez pas à résister aux critiques, aux éventuelles attaques, à la négativité provenant de l’extérieur. Des situations négatives, vous en aurez toute votre vie. Des personnes négatives, vous en rencontrerez toute votre vie. L’objectif n’est pas d’annihilier toute situation peu confortable, c’est d’apprendre à rester serein et confortable dans des situations difficiles.

Rien ne sert de lutter contre un élément impossible à éliminer. Comme certains disent, l’idée n’est pas d’attendre la fin de l’orage, mais d’apprendre à danser sous la pluie.

2. La négativité est surtout néfaste pour l’émetteur

Sachez-le, on sème ce que l’on récolte. Plus qu’un vieux dicton, cette phrase illustre le fait que toute personne négative, qui privilégie les critiques et une atitude défensive, favorise une certaine méfiance de la part de son entourage et des autres personnes. Plus une personne est négative, moins elle paraît intéressante à rencontrer. Si vous avez la fâcheuse habitude d’avoir le sang chaud et de critiquer vivement, cette attitude ferme naturellement des portes, des opportunités de carrière, de rencontre, de progression.

Gandhi disait qu’il faut incarner le changement que l’on veut voir dans le monde et qu’il viendra naturellement. Soyez négatif, votre environnement sera plus rigide. Soyez positif et bienveillant, votre environnement sera plus clément.

3. Savoir recevoir et trier les critiques

Plus ou moins régulièrement, chaque personne dispose de son lot de critiques et de remarques désagréables à affronter au cours de sa vie, au cours de sa carrière, de ses études, de ses actions, de ses initiatives. Plus on est actif et entrepreneur, plus on s’expose à d’éventuelles critiques.

Cependant, toutes les remarques ne sont pas utiles, véridiques ni intéressantes à écouter. Sachez identifier la critique, analyser l’objet de la critique, juger de la crédibilité de la critique et de l’émetteur, pour savoir si c’est une critique pertinente ou non, et s’il faut l’écouter.

Écoutez avec attention les remarques négatives de vos supérieurs, de leaders d’opinions, d’amis proches, de personnes crédibles. Accordez peu d’importance aux remarques de personnes ne connaissant pas la situation, ou qui n’ont pas de légitimité à s’exprimer sur ce sujet.

4. Ne répondre qu’aux critiques pertinentes

Subir une critique génère souvent le besoin d’y répondre, de se défendre, d’apporter des corrections, de contre-attaquer. Économisez votre énergie, répondre aux remarques négatives auxquelles vous pouvez faire face peut prendre un laps de temps illimité et être un puits sans fonds. Concentrez vous uniquement sur les éventuelles critiques qui sont vraiment importantes et dont la réponse est indispensable.

S’il n’est pas nécessaire d’y répondre, ne le faites pas. Il est souvent bien plus efficace d’ignorer des situations négatives, de laisser faire. Cela permet de ne pas risquer d’accentuer l’animosité de l’émetteur. Personne ne vous reprochera d’être trop calme et serein face aux critiques. Un sang froid parfaitement maîtrisé montrera que vous ne vous abaissez pas à répondre à toutes les attaques.

L’attitude des célébrités est à imiter. Ce sont les personnes qui subissent les plus de critiques, et qui pourtant le vivent très bien car elles savent se protéger, elles savent que la majorité d’entre elles ne sont pas jusitifiées et/ou qu’elles n’auront pas d’impact sur le futur de leur carrière.

5. Utiliser la négativité comme une énergie positive

On vous le dit tout de suite, ne prenez pas toutes les critiques de façon personnelle. La plupart des critiques proviennent de personnes jalouses, qui n’ont pas réussi autant que vous, qui n’ont pas vos talents, et qui ne trouvent que la critique comme réponse à leur frustration.

Au contraire, ne soyez pas offensés par ces critiques, soyez fiers. On ne juge pas la puissance d’un homme au nombre de ses amis, mais au nombre de ses ennemis. Si vous générez des critiques sur votre carrière professionnelle ou votre vie personnelle, c’est que vous attirez la convoitise des autres. Ayez toujours ça en tête.

Comme au judo, le meilleur moyen de battre son adversaire n’est pas de l’attaquer directement, mais d’attendre son attaque et de retourner sa propre force contre lui.

6. Prioriser les solutions aux problèmes

Dans toute aventure, dans toute initiative, on a besoin de progresser, d’aller plus loin, pour atteindre certains objectifs. Peu importe votre but dans la vie (qu’il s’agisse de bénéfice financier, de bonheur, d’amour, de voyage, peu importe), le dénominateur commun d’une vie et d’une carrière réussie, c’est la capacité à se construire un environnement solide et positif. Plus vous vous entourez de personnes positives, qui souhaitent innover, plus vous avez une attitude tournée vers l’avant, plus vous attirez des opportunités positives.

Le principe fondamental à retenir, c’est de prioriser les solutions aux problèmes. Dès que vous appliquez cette mécanique à toute situation, qu’elle soit professionnelle ou personnelle, vous vous en sortirez beaucoup mieux. Si vous vous concentrez sur chaque problème ou difficulté, vous chercherez à savoir pourquoi quelque chose n’a pas marché, pourquoi telle chose s’est déroulée de telle façon, et vous n’avancez pas, vous regardez derrière vous. Si vous vous concentrez sur la solution, sur une issue positive, vous vous demandez comment sortir de cette situation, comment surmonter cette épreuve, et là vous avancez, là vous progressez.

Les pessimistes voient la difficulté dans chaque opportunité. Les optimistes voient l’opportunité dans chaque difficulté. (Churchill)