La course sans ligne d’arrivée

wings-for-life-world-run

Le week-end dernier, j’ai participé à la course sans ligne d’arrivée. C’est quoi ce truc ? Une course en simultané dans le monde entier, où la ligne d’arrivée est représentée par une voiture (la ‘catcher car’) qui te rattrape au fur et à mesure de ta course. Dès qu’elle te dépasse, c’est fini. Bienvenue à la Wings For Life World Run (Wings For Life, c’est le nom de l’assoc – et World Run c’est le nom de la course).

En France, ça se passait à Rouen et on y était. Honnêtement, je m’étais inscrit sans connaître la ville ni la course. Et j’ai été très agréablement surpris par les 2 ! On a profité du week-end prolongé pour explorer Rouen. On a bien exploré la ville, et on a surtout exploré les bars et les boites rouennaises, jusqu’au petit matin avant la course. Pas la meilleure idée pour les jambes, mais bon pour le moral.

wings-for-life-world-run

Les chiffres de l’édition 2016 dans le monde

  • 3e édition
  • 130 000 participants partout dans le monde
  • 4 000 participants en France
  • 34 villes réparties dans 33 pays
  • 6,6 millions d’€ récoltés pour la recherche sur la moelle épinière

Et en termes de perf, ça donne quoi ?

  • Un record de 88km pour les mecs (établi cette année à Milan)
  • Un record de 56km pour les filles (établi cette année au Japon)
  • Une belle perf de 59km pour le vainqueur de l’édition française

Une course difficile et géniale à la fois

Il y a quelques semaines, je vous parlais déjà de cette course sur le blog et j’écrivais dans mon article que je visais un objectif de 25km. Après une tendinite, l’impossibilité de courir le marathon de Paris et 2 mois sans sport, cet objectif semblait presque irréel. Surtout quand je ne savais même pas si j’allais pouvoir courir tout court. Une semaine avant la course je n’avais pas encore repris le sport et mon genou faisait toujours des siennes.

Crédits : Wings For Life World Run / Red Bull

  • Ligne de départ : une température de 27°, une atmosphère qui t’assèche complètement, la gueule de bois de la veille, les 5 courtes heures de sommeil : il faut avouer que c’était mal parti. Toute la ville est là pour supporter les coureurs, ça te redonne un coup de fouet et de motivation pour la course.
  • KM5 – Les premiers kilomètres ne sont que montées et descentes. Impossible de trouver son rythme. Anthony et Mathieu partent loin devant. On reste en quatuor sur un rythme de 4’30 dans les premiers kilomètres. Aucun coin d’ombre pour se protéger de la chaleur, et 7km à parcourir avant le premier ravitaillement, ton corps te dit déjà que tu vas en chier.
  • KM10 – On passe la barre en à peu près 50 minutes. On est tous asséchés par la chaleur et fatigués de la soirée de la veille, on rentre dans le dur et on se dit que la perf ne sera peut-être pas pour aujourd’hui.
  • KM15 – Le reste du parcours se fait à travers la zone industrielle de Rouen et la rase campagne. C’est là que ça devient dur : de longues lignes droites interminables, de moins en moins de supporters, un rythme qui ralentit, et on ne sait toujours pas où en sont les catcher cars qui sont en train de nous rattraper. On ne sait jamais s’il faut accélérer ou pas.
  • KM20 – Tout se fait dans la tête maintenant. Mes jambes sont en train de lâcher à cause du manque d’entraînement, mais on arrive à tenir un rythme plutôt intéressant jusqu’au semi. C’est à ce moment-là que je craque.
  • KM22 – Je m’arrête complètement, et je dis à Franck que je m’arrête là, ce sera la fin de ma course. Je suis épuisé Je m’écroule par terre en le regardant partir. Au bout de 30 secondes, je me dis que je ne peux pas m’arrêter avant lui.
  • KM23 – Je me relève et je m’arroche pour le rattraper au fur et à mesure. Je le rattrape plus loin, au bout de mes forces, au moment où on voit les catcher cars arriver.
  • KM24 – Là, c’est le moment de sprinter comme jamais pour résister aux catcher cars. C’est aussi le moment où tu n’as plus rien dans les jambes ni dans la tête. On s’accroche quand même.
  • KM25 – Objectif atteint ! Après un sprint difficile devant les catcher cars, on arrive tout de même à atteindre le panneau du 25e km !

FB_IMG_1462714156870

Mes résultats officiels

  • 25,01 km
  • 2h07 de course au total
  • Un rythme de 5’04 / km
  • 362e mec en France sur environ 4 000 participants
  • 6 581e mec dans le monde sur environ 130 000 participants

Si vous avez participé à cette course, n’hésitez pas à mettre votre perf dans les commentaires ! En tout cas c’est sûr, on sera au départ de l’édition 2017. Peut-être pas en France, mais pourquoi pas dans un autre pays ! :)

#WingsForLife #WorldRun @WFLWorldRun

  • 26,11km pour moi, 328e Français. On ne devait pas être très loin ! Tu as peut-être aperçu des t-shirt #CaenRunners ? :)

    J’ai aussi bien souffert de la chaleur (même sans être sorti la veille) et me suis complétement arrêté au ravito du 23/24e km, au bout de ma vie. Mais comme toi je suis reparti pour quelques km supplémentaires.

    En tout cas c’est vraiment une course à faire, ça change une course sans ligne d’arrivée fixe ! Difficile à gérer mais bien sympa.

    Juste une critique à faire sur l’organisation : j’ai trouvé les ravito trop éloignés les uns des autres ! Je ne sais pas ce que tu en as pensé ?

    • jouanito

      Bravo mec ! Yes j’ai vu passer des t-shirts #CaenRunners mais à la fin de la course, donc plus la force de dire bonjour :)

      Pour le ravito TOTALEMENT D’ACCORD ! C’était dur de tenir entre chaque.

  • Pingback: Mon planning de courses du printemps – Jouanito()