Les critiques sont faciles, apprenez à les recevoir comme il se doit

there-will-be-haters

Vous avez sûrement vu la nouvelle publicité signée adidas Football sortie cette semaine : There Will Be Haters. Un énorme coup de massue dans le monde de la publicité sportive, qui secoue un peu tout le monde. Si vous n’avez pas encore vu ce spot, je vous le mets à la fin de l’article.

En fait je ne veux pas parler de cette publicité dans cet article. Elle est géniale, et pas besoin de la décrypter pour la comprendre. J’avais plutôt envie de creuser un peu plus sur le message de fond qui est abordé dans ce spot. Le fait qu’on reçoit tous des critiques, et qu’au final plus on réussit dans la vie, plus on en provoque.

Le truc qui change tout, c’est qu’il faut savoir jouer de ces critiques, y sourire, y prêter attention mais ne pas se vexer, les prendre comme des compliments, comme des marques d’admiration.

1. Nous sommes tous critiqueurs et critiqués

Rageux ou jaloux, on peut les appeler comme on veut. Ceux qui critiquent les autres se situent toujours en dessous de la personne qu’ils/elles critiquent. Surtout, on est tous le rageux de quelqu’un d’autre. Oui, allez, on déteste tous au moins une personne dans sa vie, que ce soit un homme politique, une célébrité ou son ex. Au final, vous connaissez ce que c’est de critiquer, mais vous savez aussi ce que c’est d’être critiqué, à des degrés différents. Certains d’entre vous sont critiqués par seulement quelques personnes, proches ou éloignées, et certains d’entre vous sont critiqués beaucoup plus souvent, car plus exposés (par votre position professionnelle, votre exposition médiatique, vos activités diverses).

2. Plus on réussit, plus on est critiqué

Peu importe si vous vous efforcez à être le plus délicat et soigneux dans votre vie personnelle et professionnelle, pour éviter les critiques, il existe une règle immuable : plus on réussit, plus on est critiqué. Et peu importe s’il s’agit de raisons factuelles ou arbitraires. Plus une personne tend à réussir et à être connue, plus le nombre de personnes qui la critiquent augmente.

Si on prend l’exemple des footballeurs/ses, au début de leur carrière évidemment ils/elles génèrent peu de critiques car peu exposé(e)s médiatiquement. Mais plus ces joueurs continuent de grimer les échelons, à rejoindre des clubs plus prestigieux et à atteindre le sommet de leur carrière, plus ils vont générer des réactions de la part des spectateurs, dont des réactions négatives (critiques). Tout ça sans forcément l’avoir cherché, peut-être qu’ils s’agit juste d’être dans un club ennemi, peut-être qu’il s’agit juste d’une phrase que vous avez dit, ou d’une personnalité qui ne passe pas.

Cet exemple, on peut le le mettre en parallèle de n’importe quelle activité et de n’importe quelle personne au final : même si vous jouez bien et que vous marquez des buts (traduction : plus vous réussissez), plus vous attirez la convoitise, la jalousie, l’envie, et plus vous serez le sujet de critiques.

Morale de l’histoire : plus vous êtes critiqués, plus vous réussissez votre vie, donc continuez. Attention, il faut bien évidemment que ces critiques augmentent en volume, pas en proportion. C’est à dire que les remarques positives doivent aussi augmenter dans le même temps, et proportionnellement.

3. Prendre pour argent comptant les critiques est une erreur

Les critiques ne sont pratiquement jamais complètement fondées. Même si certaines personnes savent rester objectif et lister des faits pour s’opposer à quelqu’un, c’est assez rare. La grande majorité des critiques sont exagérées et associent des éléments émotionnels dans l’équation, ce qui fausse le jugement. Au final, prendre pour argent comptant les critiques est une erreur, car vous allez considérer véridiques des remarques qui ne le sont pas forcément.

Plutôt que de tout prendre pour soi, je vous conseille juste de faire le tri, de voir si quand on vous critique, des tendances émergent, si des remarques reviennent plusieurs fois, si des remarques sont étayées par des chiffres, des faits, des éléments concrets. Évidemment, l’idée n’est pas d’ignorer les critiques, mais de ne retenir que celles qui sont réellement pertinentes. Prenez un peu de recul sur vous pour identifier quelles critiques le sont.

4. Utiliser les critiques comme force motrice

Peu importe la volumétrie de critiques qu’on peut recevoir. Célébrité ou pas, il faut savoir jouer de ces critiques. Comme au judo où l’un des fondements est d’utiliser la force de l’adversaire pour augmenter l’impact de vos mouvements et de vos prises, c’est le même principe dans les relations humaines, le développement personnel et la motivation. Les critiques seront toujours là. C’est à vous justement de choisir si vous voulez ignorer ces critiques (résultat nul / neutre), subir ces critiques (une défaite pour vous), ou accepter et rebondir sur ces critiques (une victoire).

Ce que je veux dire, c’est qu’il faut s’en servir, il faut sourire aux critiques, y répondre quand il le faut, les utiliser pour s’améliorer et prouver à ses détracteurs qu’on sait surmonter les obstacles. À vous de choisir, de mon côté j’essaye toujours de jouer de ces critiques, de les utiliser, et d’inverser leur rôle. Elles ne sont plus là pour affaiblir, mais pour vous construire.

5. Critiquer moins, et changer de point de vue

C’est un peu ce que je veux dire depuis le début de cet article : en apprenant à contrôler sa réaction aux critiques, en restant calme, en adoptant une posture très cartésienne à cette situation, on s’améliorer, on change ses comportements, ses actions.

Pour vraiment avancer, déjà, critiquer moins est une étape importante. Concentrez-vous à améliorer vos défauts et à gommer vos erreurs au lieu de pointer celles des autres. Ensuite, concentrez-vous sur vous, servez-vous des critiques comme force motrice, comme carburant de votre motivation, et prenez en compte celles qui le méritent. Personne n’est parfait.

Et vous, comment vous réagissez face aux critiques ? Pour continuer votre lecture, vous pouvez aussi lire un article que j’avais écrit il y a quelques mois : « Dompter la négativité pour réussir sa carrière ».

D'autres articles plutôt cool