C’est pour quand le futur avec Google Glass ?

image


Le projet secret de Sergey Brin

Ca fait quelques temps que l’on entend parler des Google Glass, ce projet ultra-secret (enfin presque, ça c’était avant), développé par les équipes de Google X Lab, la division futuriste de Google, dont le lead est assuré par Sergey Brin, que l’on commence à comparer à Iron Man (oui, oui).


image


Et ce n’est pas si anodin de mettre cette référence cinématographique, car Google Glass ressemble depuis le départ à un scénario de Spielberg, une sorte de Minority Report, un rêve d’enfant devenu réalité. Imaginez, contrôler toute votre vie et votre environnement avec un petit carré de verre accroché sur une monture, comme dans les X-Men. Sergey Brin est un grand gamin. Un grand gamin fan de bande dessinée et qui est assez fou pour croire en ce projet, et de transporter une technologie de fiction à la réalité, avec une vision utilitaire et sociale.


Rapidement, si vous ne savez pas encore de quoi il s’agit, on regarde tout de suite cette vidéo (j’espère que vous l’avez déjà vue, sinon vous êtes vraiment en retard, il faut se réveiller):


 Google vient de dévoiler une toute nouvelle vidéo. Google Glass, en vrai, une expérience vécue parmi tous les beta-testeurs de la technologie (évidemment, ils ont choisi des mecs qui font du trapèze, ou en montgolfière). Une véritable immersion dans le monde de Google Glass, qui est beaucoup plus facile à comprendre en images:



Où en est-on ?

On y est presque ! Il y a quelques semaines, Sergey Brin a été vu dans le métro à New-York, en toute décontraction, avec ses Google Glass devant des millions de personnes (qui ne savaient probablement pas que ce petit bout de verre devant eux vaut quelques millions/milliards de dollars). Il a été interviewvé (en pleine rame de métro) par Noah Zerkin, un ingénieur travaillant sur la robotique et l’intelligence artificielle (probablement la seule personne dans ce métro à être capable de reconnaître Sergey Brin parmi les autres).


image


Selon le co-fondateur de Google, le projet “se porte très bien” et est très satisfait de l’avancement global. Il a même rajouté que plus d’une centaine de personnes en dehors des équipes Google possédaient des prototypes, en majorité des développeurs, pour se familiariser avec la technologie, et commencer à travailler sur des applications à intégrer à ce petit bijou pour sa sortie grand public.


Ce mois-ci, Google lance ses lunettes à une sélection plus large de testeurs. Le produit sera commercialisé pour le grand public en 2014, pour un coût à priori de $1.500 pour le lancement, et moins onéreux par la suite.

Pour l’instant le seul français que l’on a aperçu avec des Google Glass s’agit évidemment de Loic Le Meur, le plus californien de nos entrepreneurs français. Il a d’ailleurs participé à un atelier chez Google pour créer un réseau social dédié au produit.

Préparez donc votre compte en banque, et vous pouvez aller rêver encore un peu sur le (très beau) site de Google Glass, et aussi rejoindre la page Google+ du projet (of course).


Blog comments powered by Disqus