Pourquoi les études supérieures sont incapables de nous préparer au monde professionnel

etudes-superieures

Il y a quelques semaines, j’avais écrit un article, où je me demandais s’il ne fallait pas arrêter l’école pour devenir entrepreneur. Si l’école n’était qu’une perte de temps et d’énergie, et qu’elle ne permettait pas d’acquérir un quelconque esprit d’entreprise. Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous invite à le lire.

Ce matin, du nouveau contenu est arrivé pour nourrir cette réflexion. On trouve beaucoup d’analyses sur le sujet sur LinkedIn Today (une mine d’or d’informations sur la vie professionnelle, la créativité et la productivité).

Les études supérieures sont-elles inutiles ?

Tout d’abord, un article choc qui s’intitule tout simplement “Ne faites pas d’études supérieures” – et qui se fait l’avocat du diable en argumentant sur l’inutilité de l’éducation supérieure. Je n’approuve pas forcément tout ce qui est dit dans cet article, la majorité des articles de LinkedIn Today sont un peu rêveurs et irréalistes, mais quelques idées sont intéressantes.

  • Après avoir eu un diplôme, on se retrouve à la case départ. On ne sait pas trop ce que l’on veut faire, même avec un diplôme en poche. La majorité des -étudiants ne sont pas prêts au monde professionnels, l’école ayant prôné un apprentissage théorique, la plupart du temps dépassé, et pas assez concret, ni tourné vers l’anarchie du monde professionnel.
  • C’est un investissement financier conséquent, mais est-ce vraiment rentable ? À raison d’environ 40.000€ pour un master en France, et dans les 150.000€ dans le système anglo-saxon, les études coûtent extrêmement cher, et parfois le contenu du programme n’est pas forcément pertinent, d’actualité et de qualité (je parle en connaissance de cause).
  • Une perte de temps. Imaginez que vous ayez travaillé en entreprise ou monté votre propre business au lieu de faire des études supérieures. Vous aurez pu acquérir (en plus de l’aspect financier) une expertise indéniable dans votre domaine, vous aurez compris dans quel secteur vous aimez travailler et quel poste vous ne voulez pas faire. Vous auriez un potentiel de recrutement bien plus élevé qu’un étudiant qui sort de son cursus.

Les secrets pour réussir après son diplôme

Pile quand on parle de ça, le fondateur de LinkedIn, Reid Hoffman, a publié une présentation très complète et très concrète du monde professionnel actuel. Un modèle de transparence et d’inspiration de la part d’un des acteurs clés du monde professionnel à l’heure des médias sociaux.

Je ne voudrais pas vous obliger à parcourir cette présentation, mais en fait si. Promis, en 3 minutes c’est bouclé. Que vous soyez encore étudiant, sorti des études il y a longtemps, ou toute autre situation, les slides suivantes sont à lire.

De l’impossibilité de prévoir son avenir professionnel

Aujourd’hui, pourquoi parle-t-on encore de career planning ? Ce terme est dépassé, et désuet. Personne ne sait ce qu’il va faire de son futur. À 20 ans, personne ne sait ce qu’il va devenir à 40 ans. On peut devenir rock star, une star du business, un footballer, un astronaute. En fait, on ne sait pas. C’est au fur et à mesure que l’on construit sa carrière. Ce n’est pas au lycée avec les conseillers d’orientation que l’on construit son avenir. Non, c’est avec l’expérience que l’on se forge un parcours, une personnalité professionnelle, une expertise.

Une carrière, ce n’est pas un nom. C’est un verbe. On fait carrière, et c’est chaque jour qu’on la construit, qu’on évolue, qu’on change sa vie et son avenir. De nouveaux secteurs arrivent chaque année dans l’économie. On ne peut pas prévoir exactement notre chemin professionnel. Il s’agit de contrôler cette aventure, de la conduire là où on veut. Et ce n’est donc pas forcément vos études qui vont déterminer votre vie professionnelle.

Le modèle est simple. Quand vous entrez dans le monde professionnel. Il faut choisir un job. N’importe lequel. Un job dans n’importe quel secteur, que vous soyez entrepreneur ou salarié. Si ce job vous plaît, restez-y. S’il ne vous plaît pas, évoluez, changez.

Ce que je veux dire, ce n’est pas que les études ne servent à rien. On oublie de dire beaucoup de bonnes choses sur les études. Notamment que cela nous donne d’avoir de la visibilité, d’expérimenter plusieurs secteurs, de se construire un carnet d’adresses, de rencontrer d’éventuels partenaires, se constituer un cercle d’amis proches, vivre des expériences associatives, apprendre des choses que l’on ne peut pas effleurer dans la vie professionnelle, apprendre le travail en groupe, comprendre le monde dans sa globalité, développer sa personnalité. Et encore plein d’autres choses, j’en oublie.

Les études ne font pas tout, il faut rentrer dans l’arène de la réalité

Mais les études ne font pas tout. Il faut rentrer dans l’arène à un moment donné. Ne pas rester uniquement dans les coulisses et dans les vestiaires. Il faut aller se confronter au monde réel, et faire sa propre voie, c’est tout.