Tout ce qu’il faut savoir sur Tinder, l’app qui révolutionne le dating

tumblr_muf65dlDJO1s60g1po4_1280

Vous avez sûrement entendu parler de Tinder. Non ? Séance de rattrapage. Oui ? Continuez à lire, vous ne savez pas tout.

Il y a 1 an pile, une petite start-up de Los Angeles lançait sur iPhone une app de dating. Alors on se dit, encore une app de dating, il y en a partout, ça fait 10 ans qu’on nous harcèle avec des sites de rencontre, laissez-nous tranquille. Oui mais. Tinder, c’est autre chose, c’est une nouvelle façon de se connecter à des gens intéressants.

1. Tinder, le nom parfait

Pour la petite histoire, le mot Tinder a beaucoup de significations. Déjà, c’est un nom court, facile à retenir, parfait pour une app. C’est concis, efficace, on le retient dans toutes les langues. Aussi, cela rappelle la sonorité de la célèbre app Grindr, le roi du dating gay.

Pour ceux qui aiment l’étymologie, Tinder, cela correspond à la matière combustible qui permet à un feu de s’allumer. C’est donc l’élément qui prend 2 corps (humains ou inertes), qui les met en contact et qui rajoute à ce contact une étincelle (le match), pour arriver à un feu (la rencontre). La métaphore est forte.

image

2. Mobile + local

On parle beaucoup du mobile, du local, du social. Bien plus qu’une tendance marketing que l’on entend lors de conférences, Tinder le fait dans le réel. Tinder n’est dispo que sur mobile. On ne le trouve pas sur le web desktop et tant mieux, l’objectif est de l’utiliser dans sa vie quotidienne, partout où l’on se trouve. L’interface mobile permet d’avoir un design plus simple, plus efficace. Aussi, la géo-localisation est l’arme de Tinder, on ne vous demande plus d’indiquer où vous voulez rencontrer du monde, l’app vous dit directement quelles sont les personnes qui sont à proximité de vous. Facile.

Tinder est beaucoup plus romantique que de se rencontrer dans un café. Le téléphone aujourd’hui est quelque chose de très intime, c’est comme s’il faisait partie de chacun d’entre nous. C’est juste une nouvelle façon de rencontrer des gens, et cela amène à des rencontres réelles, ce qui revient à des activités que l’on fait normalement comme aller dans un bar, mais en ayant la possibilité de draguer en amont de façon privée.

La magie de Tinder, c’est de pouvoir rencontrer en un clic (ou un mouvement de doigt) des personnes dans la vie réelle, qui nous plaisent et à proximité. Que demander de plus.

3. Oublions le superflu, la photo est l’élément le plus important

Ce qui est intéressant avec Tinder, c’est que le concept va à contre courant e l’industrie du dating mondiale. Aujourd’hui, les sites de rencontre veulent être les plus complets possibles, on vous force à indiquer toutes vos passions, vos intérêts, votre niveau d’études, les langues que vous parlez, vos activités sportives, les livres que vous aimez, les films que vous allez voir, votre style vestimentaire, si vous fumez, si vous buvez, quel régime vous pratiquez, votre religion, et des milliards d’autres détails, tout ça pour arriver au constat suivant : ON S’EN FOUT ! Non mais sérieusement, un couple ne réunit pas forcément des personnes identiques. J’aime le rock et l’électro, si ça se trouve je vais tomber amoureux d’une fille qui aime le jazz. Je bois souvent de l’alcool, ça veut dire que je suis interdit de rencontrer des filles qui ne boivent pas ? Un feeling ça ne s’attrape pas sur une combinaison scientifique de détails. Personnellement, je m’en fous de rencontrer une fille qui soit blonde, brune, yeux bleus ou yeux marrons, qui aime le riz ou les légumes, qui parle cinq langues étrangères ou aucune, qui aime Woody Allen ou Titanic, qui fait de l’escrime alors que je fais du running. Sérieusement, on s’en fout. Ce que je veux, c’est que la fille me plaise physiquement, qu’on ait un feeling en se parlant, et que ça continue, point final.

Et c’est exactement le postulat de Tinder, de revenir à la simplicité. Je ne sais plus dans quelle interview, un des fondateurs de l’app (il me semble que c’était Sean Rad), disait que l’idée de base de Tinder, c’était le focus sur la photo. Et que tout était pensé pour se concentrer sur la photo. Il disait notamment qu’au final, on accorde une importance indéniable au physique, et ce physique détermine si l’on va apprécier le mental. C’est l’étape première. Si l’on aime pas le physique, on n’aimera pas le mental. Donc autant se parler uniquement si 2 personnes se plaisent mutuellement physiquement. Ça parait simple mais 99% des sites de rencontre ont complètement raté ça.

Tinder fonctionne comme dans la vie réelle. Lorsque l’on marche dans la rue ou lorsque l’on est dans un bar, on regarde les filles à proximité, on juge en une seconde si elle nous plaît ou non, et si on a envie de lui parler ou non.

Ce principe de simplicité, Tinder le prolonge dans toute l’expérience. Un prénom, une photo, des intérêts/amis communs éventuels, et c’est tout. À vous de faire le reste.

image

4. On n’utilise pas Tinder, on joue à Tinder

Tinder, c’est surtout un concept fun. Loin d’un site de rencontres, banal et trop sérieux, Tinder se positionne comme un jeu ludique, où l’interface utilisateur est la plus simple possible. Un profil à la fois, le doigt qui frétille à l’idée d’approuver la photo que l’on voit ou de l’envoyer balader. Et on recommence, nouveau profil, nouvelle photo, avec toute la surprise et l’excitation que cela peut générer. Et cela sans fin jusqu’à arriver à bout de profils. Ensuite, c’est le jeu des confirmations. Est-ce que tel mec m’a aussi liké ? Est-ce que telle fille va me répondre ? Hop, c’est parti, on joue.

Surtout, c’est vraiment la personnalité de l’app qui en fait un jeu. Tinder, c’est l’app à la cool, on ne se prend pas la tête, on est pas là pour trouver l’amour de sa vie (même si, pour la petite anecdote, on compte 65 demandes en mariage officielles suite à une rencontre sur Tinder). On vient pour s’amuser, se détendre entre deux moments stressants, dans le bus, dans le canap, pendant une réunion pénible. Tinder, ce n’est ni Meetic, ni AttractiveWorld, c’est la jeunesse, le dynamisme, on ne se prend pas au sérieux, et tant mieux.

Les gens ont l’impression que s’il ne sont pas sur Tinder ils sont en situation d’infériorité car beaucoup de leurs amis ont la possibilité de rencontrer de nouvelles personnes en un seul mouvement de doigt.

Comme un jeu, Tinder est addictif. On attend les notifications comme une drogue. Quelqu’un me like en retour ? Génial ! Quelqu’un m’écrit ? Yes j’ai une touche ! C’est comme le chocolat, plus on en a, plus on en veut. On veut des messages, on veut des gens qui cliquent sur ‘like’, on veut rencontrer plus de monde. Parfois, on veut juste savoir que l’on plait. De l’ego booster tout simplement, et ça nous fait plaisir.

5. Un succès arrogant

Parlons un peu statistiques. Même si Tinder ne communique pas le nombre d’utilisateurs de l’applications, certaines stats sont connues.

– Pendant l’été dernier, c’était plus de 200.000 téléchargements par jour, une des applications avec le plus fort taux de croissance de l’App Store.

– 100 millions de ‘likes’ ou ‘dislikes’ sont cliqués chaque jour dans le monde.

– 13 milliards de ‘likes’ ou dislikes’ ont été cliqués depuis le lancement de l’app.

– 2 millions de matchs sont générés chaque jour.

– 21 employés travaillent à plein temps pour Tinder, à Los Angeles (sans avoir le droit d’utiliser l’app de façon personnelle au bureau).

– 65 demandes en mariage ont uni des couples rencontrés sur Tinder

– 85% des utilisateurs sont aux US à l’automne 2013, mais le nombre d’utilisateurs européens est en très forte croissance, notamment en France, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas.

– 60% des utilisateurs ont entre 18 et 24 ans, et l’utilisateur moyen se connecte 11 fois par jour sur l’app.

Si vous n’avez pas encore Tinder sur votre smartphone (Android ou iPhone), c’est le moment. Et vous, c’est quoi votre expérience avec Tinder ? Racontez-nous tout ça dans les commentaires !

NB pour la presse : si vous avez besoin d’infos pour produire un contenu (article, vidéo, reportage…) – n’hésitez pas à me contacter.